femme s'ecoute au bord lac
Paroles de thérapeutes,  Sophrologie

“Apprenez à vous écouter. Vous savez ce qui est bon pour vous” Muriel Righeschi est Sophrologue.

Muriel Righeschi est Sophrologue et elle a suivi 3 formations complémentaires : Sophrologie et Cancer, Périnatalité, Sport.

Muriel Righeschi

“Je suis passionnée des arts du spectacle depuis mon adolescence, c’est à ce moment là que j’ai décidé de devenir comédienne, puis chanteuse. Dans ces 2 métiers la présence du corps est primordiale, j’ai donc beaucoup travaillé à écouter mon corps pour le rendre présent et trouver un équilibre entre corps et mental. La sophrologie est un prolongement de ce travail que je mets maintenant au service des autres”.

La sophrologie est une méthode de développement personnel qui permet une meilleure confiance en soi, le développement de votre potentiel, de votre capacité d’adaptation visant à améliorer votre bien-être et votre qualité de vie.

Bord de l’Yonne, région parisienne ou téléconsultation

Muriel Righeschi a 53 ans. Elle a effectué sa formation de Sophrologue à l’IFS (Institut de formation à la sophrologie) de Paris X et est membre de la Chambre Syndicale de la Sophrologie . Elle exerce à Châtel-Censoir, une petite commune au bord de l’Yonne, au sud d’Auxerre : “J’ai découvert l’Yonne il y a 10 ans maintenant. J’aime la diversité de ses paysages, son ambiance restée sauvage à certains endroits. C’est pour moi une source de calme et d’apaisement dont j’avais besoin profondément. Les promenades au bord de l’Yonne avec parfois le bonheur de croiser un cygne, un héron, un faon…je trouve dans cet environnement la force dont j’ai besoin pour écouter, apaiser les personnes que je croise dans ma vie personnelle et professionnelle. J’ai retrouvé un équilibre dans cette région”.

Muriel intervient également en région parisienne, au domicile des personnes et est disponible en téléconsultation. Son public est essentiellement adulte : “Le problème numéro 1, c’est le stress lié à toutes sortes de situations personnelles ou professionnelles, et ses conséquences : tensions musculaires, perte de confiance en soi, mauvais sommeil, perte d’estime de soi, perte d’énergie, difficultés à se concentrer, à gérer ses peurs, ses émotions, phobies, aide à l’arrêt du tabac…”. Mes séances se déroulent en trois étapes, toujours les mêmes avec adaptation évidemment au présent de la personne. Un temps d’écoute, d’échanges en début de séance (10 à 15mn), un temps d’exercice de sophrologie (30 à 40 mn)et un dernier temps d’écoute et d’échange (10 à 15 mn)”.

MIEUX VOUS CONNAÎTRE

Vos qualités selon vous ?
“J’aime écouter l’autre, le découvrir et lui apporter les outils adaptés à son mieux être, son bien être. J’aime le voir s’envoler et trouver ou retrouver son chemin vers l’apaisement, la force, la joie”.

Un coup de stress, que faites-vous ?
“Je respire profondément, je dessine, j’écris, je fais ce que j’aime le plus”

Une phrase ou une idée fétiche ?
“Faites le monde, comme vous avez envie”


Le Stress au féminin par Muriel Righeschi

« Il y a plusieurs vies dans une vie et c’est cela qui la rend attrayante »

Maryse Wolinski, journaliste et romancière.

Le stress a une histoire

Le concept de stress et de syndrome général d’adaptation apparaît en 1925, grâce à l’endocrinologue Hans Selye, médecin québécois, grand pionnier des études sur le stress.

Il définit le stress comme l’ensemble des moyens physiologiques et psychologiques mis en œuvre par une personne pour s’adapter à un événement donné. Pour lui le stress est une réponse non spécifique du corps à toute demande qui lui est faite. L’organisme répond aux stimuli afin de maintenir ce que les biologistes appellent un état d’équilibre ou homéostasie. Il dépeint un syndrome réactionnel endocrinien comportant 3 phases consécutives :

  • La phase d’alarme,
  • La phase de réaction,
  • La phase d’épuisement.

Hans Selye démontre que le phénomène de stress est un dispositif de vigilance salvatrice et que la sur-vigilance est dommageable quand la quantité de demandes dépasse la capacité de réponse du sujet. Il y a donc bien 2 stress.

« Le langage du corps est la clé qui peut déverrouiller l’âme ».

Constantin Stanislavski, créateur et artiste russe.

Stress positif et stress négatif.

Le stress positif est un réflexe de survie nécessaire : il déclenche 2 solutions, combattre ou fuir, et dans les 2 cas, il nous sauve.

Le stress répété, qui ne s’arrête jamais, est créé par plusieurs « stresseurs » successifs. Quelques exemples : un dossier urgent à boucler, une forte contrariété de couple, un souci  relationnel lourd avec un de vos enfants, auquel s’ajoute une sentiment de  culpabilité , ou si vous devez vous absenter et que votre enfants est malade, tous ces « stresseurs » qui s’ajoutent ne favorisent pas le retour au calme et déclenchent un stress négatif.

Pour assumer tout cela, vos hormones de l’effort agissent de manière solidaire « comme un seul homme », mais ces hormones ont pour effet secondaire, trop souvent sollicitées,

de fatiguer l’organisme et d’atteindre votre physique et votre mental : maux de têtes, maux de ventre, mauvaise respiration, mauvais sommeil…pensées négatives, trop plein, tristesse…

Les émotions négatives répétées vont petit à petit grignoter votre seuil de résistance et vous pouvez basculer dans « la phase d’épuisement ».

“Les femmes expriment plus leurs émotions”

Le stress féminin, c’est sans doute une construction sociale, mais il est bien réel. On peut constater que les hommes contiennent plus leurs émotions. Il existe bien un stress féminin différent de celui de l’homme. Les femmes ont plusieurs vies ce qui engendre une gestion du temps complexe :  travail, enfants, maison, sexualité, corps…ce qu’on appelle depuis quelques années : la charge mentale.

« Stresseurs, émotions et attitudes se combinent étroitement pour créer un cocktail rapidement explosif »

Laurence Roux-Fouillet, sophrologue et praticienne en hypnose

Par ailleurs, la femme qui arrive à la ménopause est plus sensible. Les hormones sécrétées par les ovaires diminuent à cette période de leur vie, ce qui expliquerait une moindre défense au stress. Avant de penser à elles, les femmes pensent aux autres (encore une construction sociale…) et demandent trop souvent de l’aide quand leur seuil de résistance est dépassé. La sophrologie peut les aider…

Informations, actualités et prise de rendez-vous sur son profil Resalib :

Consulter le profil de Muriel Righeschi

Julie G.

Responsable communication & Journaliste web. Rédactrice en chef du blog LaMedecineDouce.com depuis 2014. Sophrologue par passion.